Aprés le CPE Quelle alternative ?

Publié le par Marcel

Victoire sur la Précarité!

 

Cheminots de la grève et de la rue

Vous avez,

avec quelques centaines de milliers d’autres citoyens,

gagné une bataille sur la précarité.

 

Avec l’unité de toutes les forces associatives de nos différentes générations, jeunes, " actifs " et retraités, nous avons réussi à faire disparaître une machine à générer la précarité.

Il aura fallu des semaines de sacrifices, de gêne pour tous, de pertes intellectuelles et financières, de violences marginales, d’un incroyable gâchis, pour que les dirigeants du Pays se rappellent que le NON au référendum n’était pas un simple caprice de Français arriérés, hostiles entre autres au projet d’involution des contrats de travail concocté par l’Union Européenne, en 2000, à Lisbonne. Le soutien des jeunes et des Organisations Syndicales des autres Pays européens n’est donc pas une surprise.

 Nous venons tous ensemble, de rejeter un type de contrat qui ressemblait fort au travail journalier proposé par les patrons du XIXème siècle sur les places de marchés aux bestiaux chaque matin.

D’après les gouvernants, nous n’aurions rien compris, évidemment, et notre majorité parlementaire n’est ni archaïque, ni réactionnaire…

 La flexibilité, puisqu’il s’agit bien de cela, ne peut créer des emplois. La consommation (interne ou à l’exportation) de biens et de services peut en créer. Et, pour pouvoir consommer plus, il faut disposer de meilleures ressources :

  • En augmentant le niveau des salaires, des pensions et des minima sociaux,
  • En rétablissant les carrières professionnelles, 
  • En réouvrant les centres d’apprentissage des grandes entreprises,  
  • En rémunérant les diplômes et qualifications reconnus, 
  • En réduisant le coût des logements dû à la spéculation foncière,
  • En nationalisant les services en réseau, seule garantie de prix sans marges ignobles de bénéfices,  
  • En rétablissant, pour les mêmes raisons, la protection sociale complète par répartition intergénérationnelle, 
  • En permettant aux sexagénaires de bénéficier d’un repos mérité,
  • En déliant le niveau des prix du rapport entre l’offre et la demande,
  • En soutenant les dispositifs qui permettent aux femmes de répondre aux encouragement démographiques sans qu’elles y sacrifient tout autre espoir,
  • En faisant payer l’addition aux 2 millions de familles injustement millionnaires (et qui resteront encore millionnaires).

 A la SNCF, il faut :

  • Répondre aux besoins constamment évolutifs des transports par rail, FRET et Voyageurs,
  • En assurer la gestion, toute la construction, l’exploitation et l’entretien,
  • Renationaliser l’ensemble des services liés aux transports en commun par rail et donner le statut aux 200 000 salariés qui oeuvrent en sous-traitance sous diverses formes,
  • Rouvrir nos écoles et centres d’apprentissage et de formation continue,
  • Rétablir la promotion interne et les carrières fonctionnelles par métiers,
  • Réviser à la hausse les pourcentages de promotions des grades 
  • Réviser les passerelles entre fonctions et métiers,
  • Supprimer la double peine infligée par les primes au mérite et la notation au choix,
  • Cesser toute discrimination syndicale, 
  • Permettre des déroulements de carrière sur chaque métier,
  • Respecter la loi sur les 35 heures,
  • Mieux respecter le libre choix des repos et congés,
  • Combler toutes les vacances de postes par des embauches directes ou par décalage de base,
  • Gérer en bonne mère de famille le parc locatif,

Nos caisses de prévoyance et de retraite s’en porteront bien mieux, ainsi que la France et 80% des Français.

 Marcel.

Commenter cet article