muguetbrind'amis

Publié le par Madau

Il fait beau juste ce qu'il faut pour que les cerises s'arrondissent vertes et tendres, juste ce qu'il faut pour le muguet vert blanc parfum de premier mai. On ne sait plus si on croit aux lendemains qui chantent mais on va le cueillir dans les jardins d'amis, parcequ'à Chaville et ailleurs il est interdit de rêver et qu'on veut rêver quand même. Il y a les anciens copains et les nouveaux, on s'embrasse, on vérifie que tout va bien. "Tu vas bien?" On dit oui, puisqu'on est vivant encore et on cherche ceux qui ne sont pas venus, fatigue, accident, plus grave peut-être, on fait comme si tout allait bien, puisque c'est la vie, être là simplement une fois encore avec les autres, nos plus que frères, nos frangines de lutte contre le bordel organisé du fric et du foot. C'était comment du temps de Kopa, de Pelé? On se décore de badges, de de fleurs, on vient avec les enfants, les poussettes, ou seul quand ce n'est pas le jour des séparés. on marche, on se quitte, on se retrouve. "ça fait longtemps, Marion, Mehmet, Jacques que je ne vous avais pas vus". Ah les embrassades de mai, c'est la vraie vie. Mes copains, mes plus que frères, mes frangines de la rue , je vous aime et vous me le rendez bien. Mado

Publié dans Manif Bordeaux

Commenter cet article