métro Charonne

Publié le par madau

8 février 1962

Nous sortions du travail, rue Amelot. Les rues adjacentes étaient noires de gardes mobiles. Sur le trottoir nous attendions la manif. Je me souviens du premier rang au coude à coude. Je me souviens de l'encerclement, de la panique générale. Je me souviens des portes cochères qui se fermaient. Je me souviens de ces hommes qui frappaient aveuglément sur les manifestants, sur les passants avec de longues matraques. Tout le monde courait. Une porte était entr'ouverte, je m'y suis engoufrée. Le soir nous avons appris la suite à la radio. Neuf morts! Métro Charonne, tous les ans, je me souviens.

Publié dans Hommage

Commenter cet article