Aprés la fête

Publié le par Madau

Il y a l'avant-fête, les retrouvailles chez l'une ou l'autre pour "faire les lots", les matins collages d'affiches dans le quartier, le stand à repeindre, le montage ( et la bâche, elle est où?), la vente des vignettes. Et puis sous la canicule, la fête. Cette année c'était vraiment trop chaud pout tout, trop chaud pour amener les petits au cirque, trop chaud pour marcher dans les allées, trop chaud pour danser, mais on a dansé quand même ( ah le sourire triste de Marc Perrone cloué dans son fauteuil et son sourire retrouvé quand on a envahi la piste.

A l'espace livres il a fallu jouer des coudes, pour trouver une place et c'est bon signe de voir auteurs, éditeurs d'ici et d'ailleurs, heureux de partager, un brin de conversation politique, philosophique ou...poétique. A la librairie l'Hirondelle, Aude  m'a dit en confidance avec un sourire gourmand qu'elle "aime venir installer son stand à la fête, que le public est intéressé, intéréssant". Petit clin d'oeil à Jean Dartigues qui dévoile dans un recueil de poèmes "comme une parenthèse" une autre facette de sa vie de militant. Et puis il y a l'après fête "on se revoit quand? L'été c'est le temps de tous les coups fourrés, le temps de ceux qui ne partent pas en vacances, le temps de ceux qui prennnent des avions qu'ils ne voulaient pas prendre. Alors, Didier, Nico, Marie-Jo, Anny, Hubert, Jeanine, Josette, Emile, Marcel, Paul, Jean Marie...et les autres, je vous dis à tout de suite,

Publié dans Huma

Commenter cet article